L’appropriation des réseauxsocionumériques et les artsde l’encadrer : pour une priseen compte des rapports de forceentre utilisateurs et dispositifs
Accès sous abonnement ou avec frais PDF (EUR 5)

Mots-clés

appropriation, social network sites, art of doing, Facebook, power struggle. appropriation, réseaux, socionumériques, arts de faire, rapport de force, Facebook

Comment citer

Thomas STENGER, & Alexandre COUTANT. (2020). L’appropriation des réseauxsocionumériques et les artsde l’encadrer : pour une priseen compte des rapports de forceentre utilisateurs et dispositifs. Systèmes d’Information Et Management, 20(02). Consulté à l’adresse https://journaleska.com/index.php/sim/article/view/3269

Résumé

L’enthousiasme pour les réseaux socionumériques est associé à une grande variétéd’usages et de finalités qui révèle une forte flexibilité des dispositifs. Avec près d’un milliardet demi d’utilisateurs actifs chaque mois, Facebook constitue un cas particulièrementintéressant pour étudier l’appropriation d’une plateforme socionumérique. Quelles sontprécisément les formes d’appropriation ? Comment ces plateformes gèrent-elles cesappropriations ? À partir d’une analyse secondaire de données qualitatives issues de deuxprojets de recherche, une variété de cas d’appropriations est analysée grâce audéveloppement d’un cadre théorique original réunissant les approches d’Akrich (1998) etde Certeau (1990). La première approche permet d’identifier et de décrire les formes-typesd’appropriations opérées par les utilisateurs. La seconde permet de comprendre quellesformes sont encouragées, tolérées ou prohibées par les plateformes. Les rapports de forceentre utilisateurs et dispositifs sont révélés à travers leurs positions tactiques ou stratégiques.Les contours d’un management de l’appropriation sont ainsi esquissés en distinguant cinq« arts d’encadrer » l’appropriation qui correspondent aux arts de faire avec l’appropriationdes utilisateurs. La recherche s’inscrit dans la perspective socio-politique de l’appropriationdes SI et contribue à la théorisation d’un management de l’appropriation des SI. Loin deconsacrer un usager tout puissant ou de célébrer l’empowerment des utilisateurs, ellesouligne que l’appropriation est un rapport de force, largement en faveur des dispositifsdans le cas des réseaux socionumériques.

Accès sous abonnement ou avec frais PDF (EUR 5)