Pathologie veineuse et traitement compressif chez le sujet âgé

Auteurs

DOI:

https://doi.org/10.54695/mva.71.01.2261

Mots-clés:

sujet âgé, compression

Résumé

L’exercice en milieu gériatrique montre l’importance et l’incidence élevée des pathologies vasculaires
et surtout celles de l’insuffisance veineuse chronique
des membres inférieurs et ses complications, de même
que celles de la maladie veineuse thrombo-embolique.
Cette population âgée a deux particularités essentielle
essentiels : la polypathologie et la polymédication.
Dans ce contexte, le traitement compressif prend toute
son importance dans la prévention des ulcères veineux et
de la maladie thromboembolique veineuse après chirurgie
ou affection médicale aiguë par exemple. De plus, la prise
en charge d’une embolie pulmonaire ou d’une thrombose
veineuse profonde par les traitements anticoagulants au
long cours (toutes classes confondues : HBPM-AVK-AOD)
comportent, outre des risques hémorragiques majeurs, des
risques de surdosage liés à l’insuffisance rénale, aux interactions médicamenteuses. Toutefois, la compressothérapie des patients âgés n’est pas toujours facile à adopter,
avec ses précautions, ses contre-indications, ses risques,
ses difficultés pratiques et surtout d’observance. D’autres
pathologies fréquemment rencontrées rendent cette tâche
difficile voir impossible : insuffisance cardiaque décompensée,
neuropathie sensitive, angiopathie diabétique et ce d’autant
plus que leurs symptomatologies peuvent être masquées ou
atténuées chez le sujet physiologiquement âgé. L’objectif
de la compressothérapie est d’être efficace, bien tolérée et
de ne pas nuire. « Primum non nocere »

Publiée

2019-03-01

Numéro

Rubrique

Articles