Les effets de la compression élastique progressive versus la compression dégressive sur les veines superficielles et profondes des mollets

Auteurs

DOI:

https://doi.org/10.54695/mva.65.03.2195

Résumé

L’objectif principal de cet essai était de comparer l’effet de deux types de compression élastique médicale, progressive et dégressive, sur différents paramètres mesurés
par Echo-Doppler.
Méthode : C’est un essai monocentrique contrôlé, randomisé en cross over, conduit en ouvert comparant la
chaussette de CP (Progressive® N’System) et une de CD
(bas-jarret de classe III Veinostim®).
Vingt patients ont été inclus : l’âge moyen était de 52,9
+/- 16,8 ans, avec une nette prédominance féminine
(85%) tous présentaient une maladie veineuse chronique
(MVC) de classe 2 (55%) ou de classe 3 (45%) selon la
classification CEAP.
L’examen par écho-Doppler (ED) était réalisé 4 fois : T1
avant l’enfilage du premier bas, T2 après le port du premier
bas, T3, avant l’enfilage du second bas et T4 après le port.
Entre deux examens le sujet marchait d’un pas normal.
L’analyse statistique a été conduite selon les méthodes
spécifiques au cross over en prenant en compte le caractère progressif ou dégressif de la compression et l’effet de
la période de port.
Résultats : Pas de modification significative des diamètres des veines profondes et superficielles quel que soit
le bas porté. Pas de modification significative des reflux, que
ce soit en amplitude ou en durée. L’enfilage est significativement plus facile avec les chaussettes de CP (p= 0, 0005).
Conclusion : Si les bas de compression progressive,
comme ceux de compression dégressive, ont montré leur
efficacité sur les symptômes de la MVC et les paramètres
pléthysmograpiques, l’Echo-Doppler ne permet pas d’objectiver des modifications significatives sur les diamètres
et reflux veineux. Par ailleurs, cet essai confirme la plus
grande facilité d’enfilage de la compression progressive,
clé d’une meilleure compliance au traitement.

Publiée

2013-03-01

Numéro

Rubrique

Articles