https://journaleska.com/index.php/cm/issue/feed COMMUNICATION & MANAGEMENT 2024-03-13T18:31:39+00:00 Marise URBANO journal@eska.fr Open Journal Systems <p>The Journal is Under Construction.</p> https://journaleska.com/index.php/cm/article/view/8948 LA COMMUNICATION DES ORGANISATIONS EN CONTEXTE DE NUMÉRISATION GÉNÉRALISÉE AU PRISME DES DISCIPLINES ET DES ÉPISTÉMOLOGIES 2024-03-13T10:02:24+00:00 Lise VERLAET ise.verlaet@univ-montp3.fr Ewan OIRY oiry.ewan@uqam.ca <p id="pa1" class="para"><span class="lettrine">L</span>es recherches menées sur la communication organisations et les théories afférentes sont relativement récentes, les premières traces apparaissent dans la littérature scientifique française dans les années 1960, quelque vingt ans après que les anglo-saxons se soient intéressés à ce champ d’étude et au moment où celui-ci est intégré à leur programme d’enseignements universitaires. Les recherches françaises se sont néanmoins très rapidement structurées et institutionnalisées, et force est de constater que celles-ci ont été particulièrement prolifiques quelle que soit la discipline concernée. Omniprésentes tous les domaines d’activités et donc dans un «&nbsp;contexte de numérisation généralisée&nbsp;», les technologies numériques ont impacté le champ de la communication organisationnelle et ajouté une couche de complexité qu’il convient d’explorer. C’est l’enjeu que ce nouveau numéro de la revue&nbsp;<em class="marquage italique">COMMUNICATION &amp; MANAGEMENT</em>&nbsp;entend relever en explorant cette problématique sous l’angle des disciplines et des épistémologies. Dans une perspective historique et comparative, il en propose trois entrées.</p> <p id="pa2" class="para">La première entrée vise à comprendre les mutations engendrées par les technologies numériques sur le cœur même de la recherche scientifique soit sur les questionnements épistémologiques et méthodologiques en communication des organisations. La seconde s’intéresse plus spécifiquement aux méthodes numériques, ou virtuelles selon les acceptions, et met l’accent sur consonnance, divergence ou complémentarité de ces dernières avec les méthodes plus traditionnelles de d’exploration et d’étude de la communication des organisations. Enfin la dernière entrée se concentre sur les incidences épistémologiques et méthodologiques sur les disciplines elles-mêmes.</p> <p id="pa3" class="para">Ce numéro co-dirigé par Laurent MORILLON (Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication à l’Université des Antilles), Benoît CORDELIER (Professeur titulaire au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal) et Ouidade&nbsp;SABRI (Professeure des universités en sciences de gestion à l’IAE Paris-Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et au laboratoire GREGOR) propose donc des investigations à la fois profondes et variées sur ce thème d’actualité de la communication des organisations dans un contexte de numérisation généralisée.</p> <p id="pa4" class="para">L’équipe éditoriale de la Revue&nbsp;<em class="marquage italique">COMMUNICATION &amp; MANAGEMENT</em>&nbsp;est heureuse de vous présenter ces articles et vous souhaite une bonne lecture&nbsp;!</p> 2023-04-26T00:00:00+00:00 Copyright (c) 2024 https://journaleska.com/index.php/cm/article/view/8949 LA COMMUNICATION DES ORGANISATIONS EN CONTEXTE DE NUMÉRISATION GÉNÉRALISÉE AU PRISME DES DISCIPLINES ET DES ÉPISTÉMOLOGIES 2024-03-13T10:09:33+00:00 Laurent MORILLON info@journaleska.com Benoît CORDELIER info@journaleska.com Ouidade SABRI info@journaleska.com <p>Selon les époques, les théoriciens de l’organisation ont porté un intérêt plus ou moins prégnant et direct à la communication. Son étude en tant qu’objet et réalité observable apparaît dans la littérature académique anglo-saxonne dans les années 1940. L’ouvrage d’Heron (1942) marque la naissance aux États-Unis d’une pensée sur le «&nbsp;discours entrepreneurial&nbsp;» et «&nbsp;la communication industrielle&nbsp;». Les recherches des années 1950, axées sur les savoir-faire et les outils de communication, se destinent alors principalement aux dirigeants d’entreprises avec des visées prescriptives ou normatives. Dans les années 1960, les recherches acquièrent, particulièrement en économie, un statut scientifique affirmé. L’«&nbsp;organizational communication&nbsp;» est enseignée pour la première fois comme matière principale dans une université. L’International Communication Association crée une division propre, une revue scientifique est éditée (Journal of Business Communication) et des ouvrages appréhendent la communication de manière originale (par exemple Katz, Kahn, 1966). Dans les années 1970, ceux de Goldhaber (1974) et de Farace, Monge et Russel (1977) fondent un champ qui se formalise dans les années 1980 avec des synthèses (par exemple Putnam, 1982), une généralisation des sections dédiées dans des organisations de chercheurs (Academy of management…) et une multiplication des colloques. Au Canada, les travaux de James Taylor (1993) ouvrent un courant de communication organisationnelle qui, inscrit dans une perspective interprétative et pragmatique, fait le lien entre les recherches francophones européennes et anglophones, notamment nord-américaines (Cordelier, 2016)…</p> 2023-04-26T00:00:00+00:00 Copyright (c) 2024 https://journaleska.com/index.php/cm/article/view/8950 COMMENT LA TECHNOLOGIE OPÈRE LE PASSAGE DE L’ACTION INDIVIDUELLE À L’ACTION COLLECTIVE ? UNE PERSPECTIVE POSSESSIVE 2024-03-13T10:18:45+00:00 Nicolas BENCHERKI info@journaleska.com <p>Nous soutenons que la technologie permet à la possession et à la propriété d’opérer la capture et l’agrégation de l’action individuelle. Ainsi, à travers la sociologie de Gabriel Tarde, nous proposons une théorisation de la propriété et de la possession plus riche que la définition légale qui prévaut dans les études organisationnelles en général, et en communication organisationnelle en particulier. En revisitant des études récentes sur les technologies numériques, cette nouvelle perspective révèle comment elles permettent l’appropriation de l’action par l’organisation. En guise de conclusion, nous nous interrogerons sur la distribution plus ou moins équitable de l’agentivité à la lumière des implications politiques de la technologie.</p> 2023-04-26T00:00:00+00:00 Copyright (c) 2024 https://journaleska.com/index.php/cm/article/view/8951 ÉPISTÉMOLOGIE DU MARKETING DIGITAL.COMMENT BACHELARD PEUT-IL NOUS AIDER À PENSER UNE ÉPISTÉMOLOGIE DE LA RUPTURE ? 2024-03-13T10:31:34+00:00 Maria MERCANTI- GUERIN info@journaleska.com <p>Cet article présente les principales caractéristiques de l’épistémologie pratiquée en marketing digital. Celles-ci sont analysées à la lumière des ruptures épistémologiques telles qu’elles ont été conceptualisées par Gaston Bachelard. Les points communs et divergences des épistémologies digitales face à celles du début du XX<sup class="exposant">e</sup>&nbsp;siècle (période référence de Bachelard) sont analysés à la lumière des récents développements du marketing digital. Dans une première partie, quatre types d’épistémologies applicables à ce champ (positiviste, interprétativiste, constructiviste, interactionniste) sont présentés. Dans une seconde partie, nous proposons des principes d’action permettant au chercheur de mieux aborder la rupture épistémologique induite par le marketing digital. Des pistes et voies d’amélioration possibles permettant une construction d’une épistémologie en marketing digital sont proposées.</p> 2023-04-26T00:00:00+00:00 Copyright (c) 2024 https://journaleska.com/index.php/cm/article/view/8952 LA REPRÉSENTATION ANTHROPOTECHNIQUE PRATIQUE : CONTRIBUTION À UNE APPROCHE COMMUNICATIONNELLE DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE 2024-03-13T10:42:36+00:00 Patrick GILBERT info@journaleska.com Clotilde CORON info@journaleska.com <p>La littérature reste peu développée sur la manière dont les dirigeants d’entreprises pensent la transformation numérique. Quelles sont les représentations qui président à cette transformation&nbsp;? Toutes ces représentations se valent-elles au regard des exigences fonctionnelles et éthiques de la communication organisationnelle&nbsp;? L’article débute par un rappel des principales conceptions du changement technologique&nbsp;: déterminisme technique, déterminisme social et représentation anthropotechnique. Cette dernière peut être pleinement qualifiée d’approche communicationnelle. Sans être dominante, elle est au centre de certaines pratiques, ce que les auteurs illustrent par une étude de cas multiples réalisée au sein d’une grande entreprise.</p> 2023-04-26T00:00:00+00:00 Copyright (c) 2024 https://journaleska.com/index.php/cm/article/view/8954 CHAMPS SOLIDES, MÉTA-CHAMPS LIQUIDES : QUELS OBJETS, MÉTHODES ET RAPPORT AU RÉEL ? 2024-03-13T18:06:52+00:00 Amina DJEDIDI info@journaleska.com <p>Cet article montre la manière dont la recherche académique aborde le sujet des champs solides (terrains digitaux stables et ancrés) et les méta-champs liquides (terrains variables et contingents). En se basant sur l’analyse de 422 articles, cette recherche présente un panorama de méthodes de collecte et d’analyse de données ainsi que leur lien avec le réel. Cette richesse de méthodes rappelle à la fois&nbsp;: (a) l’omniprésence des méthodes conventionnelles des sciences sociales, (b) l’éclectisme grâce à l’adoption des méthodes computationnelles et digitales, (c) l’enrichissement de certaines méthodes conventionnelles par la nécessité de contenir l’importante taille des données de masse.</p> 2023-04-26T00:00:00+00:00 Copyright (c) 2024 https://journaleska.com/index.php/cm/article/view/8955 CECI N’EST PAS UNE « ORGANISATION » : QUELLE ÉPISTÉMOLOGIE POUR LE BAZAAR ? 2024-03-13T18:17:38+00:00 Benjamin ASTIER info@journaleska.com Michel LABOUR info@journaleska.com Sylvie LELEU-MERVIEL info@journaleska.com <p>L’article remet en cause l’application épistémologique des principes de la logique aristotélicienne classique aux «&nbsp;Organisations&nbsp;». Ces dernières évoluent désormais dans une société de la connaissance, empreinte de numérique et de stratégies d’<em class="marquage italique">open innovation</em>. Pour cela, l’étude de cas se fonde sur des observations et des entretiens semi-ouverts auprès de participants de&nbsp;<em class="marquage italique">Fashion Green Hub</em>&nbsp;(FGH) ainsi que sur le support numérique&nbsp;<em class="marquage italique">Slack</em>. FGH présente un organisé-organisant, émergeant tel un&nbsp;<em class="marquage italique">bazaar</em>&nbsp;(Raymond, 1999), regroupant des protagonistes autour de valeurs et d’idées clés attractives. Ces nouvelles noorganisations impliquent des changements managériaux, en rapport avec les idées, l’incertitude, l’engagement et la confiance vécue.</p> 2023-04-26T00:00:00+00:00 Copyright (c) 2024 https://journaleska.com/index.php/cm/article/view/8957 PENSER LA PLATEFORME UBER AU PRISME DE L’ÉPISTÉMOLOGIE DE LA COMMUNICATION ORGANISATIONNELLE 2024-03-13T18:31:39+00:00 Sylvie ALEMANNO info@journaleska.com Salma EL BOURKADI info@journaleska.com <p>Nous considérons les plateformes numériques marchandes comme de nouvelles formes organisationnelles, marquées par un&nbsp;<em class="marquage italique">organizing</em>&nbsp;managérial et caractérisées par une forte dimension matérielle (par opposition à humaine). Nous observerons les processus info-communicationnels qui régissent la plateforme du transport de personnes VTC (véhicule de transport avec chauffeur) Uber et sa nature sociotechnique, les incidences sur les acteurs humains qui y participent, ses modalités spécifiques de médiation à partir de l’éclairage de deux approches de la communication dite organisationnelle&nbsp;: la Communication Constitutive des Organisations (CCO) et les Approches Communicationnelles des Organisations (ACO). Des entretiens semi-directifs de type récit de vie montrent une hyper-rationalisation par des procès informationnels organisants.</p> 2023-04-26T00:00:00+00:00 Copyright (c) 2024